YESYESYESYES
Article du point
La parité ne se marchande pas

La commission législative du Grand Conseil a proposé de modifier la loi sur les droits politiques pour atteindre la parité sur les listes électorales. Ses débats furent vifs. Deux avis de droit ont vérifié la légalité du projet. Un accord politique s’est dégagé : chaque liste pour l’élection du Grand Conseil devra inclure au moins 30 % de femmes en 2021, 40 % en 2025, 50 % en 2029 et 2033.

Ce projet ne satisfaisait pas chaque député∙e socialiste, l’horizon 2029 était dur à avaler. Seul le compromis trouvé convainquait certain∙e∙s de nous.

Pourtant, ce projet a fait peur. À l’UDC, que parité et égalité indiffèrent. À d’autres, qui ne brillent en majorité pas par la représentation féminine sur leurs listes. Ces Neinsager ont redoublé d’efforts, avec les refrains libéraux : les quotas restreignent les libertés fondamentales ; ils installent des femmes alibis, les femmes méritent mieux ; ils sont anticonstitutionnels...

À notre grande surprise, le POP, qui se dit progressiste, mais dont les ténors tremblent à l’idée de trouver et proposer des femmes, a déposé un amendement de dernière minute. Le texte de Daniel Ziegler voulait que « chaque liste soit composée d’au moins 30 % de femmes et d’hommes en 2021, d’au moins 40 % de femmes et d’hommes en 2025 et d’au moins 45 % de femmes et d’hommes dès 2029 ».

45 %, jolie parité ! Selon le POP, le projet de la commission défavorisait les personnes non binaires, le sien permettait 55 % de femmes dès 2029…

Le POP a ainsi fait éclater un laborieux compromis. Or son idée ne tient pas : revendiquer le statut de non-binaire est impossible, car l’état civil ne reconnaît pas le statut de personne transgenre.

La parité au rabais que ces manœuvres auraient ancrée durablement a rendu la loi inacceptable pour notre groupe quasi unanime. Vu que le Parlement, par une étrange alliance droite-POP, a renoncé à la parité à 50 %, nous proposons d’en appeler au peuple, en recommandant au Congrès du PSN de lancer une initiative populaire cantonale.

La parité ne se marchande pas

NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur notre site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic et d’affiner les contenus mis à votre disposition sur nos supports numériques.